Pogonophile : qu’est-ce que c’est ?

La barbe est devenue tendance et plus celle-ci est fournie plus nous accordons du respect à celui qui la porte. Pour une grande majorité des messieurs la barbe est plus qu’un élément porté fièrement c’est une culture, un mode vie. Si vous faites partie de ces personnes pour qui la barbe est une extension de sa propre personne alors nous pouvons affirmer sans crainte que vous êtes un pogonophile ? Une question vous taquine l’esprit n’est-ce pas ? Qu’est-ce qu’un pogonophile ? Nous avons décrypté pour vous son sens et les signes.

Pogonophile définition

Un pogonophile se dit d’une personne qui aime la barbe, la cultive et l’honore. Généralement il est abonné sur l’ensemble de ses réseaux sociaux aux comptes élevant la barbe au rang de culture. Il peut vous parler des huiles de barbes, de la taille, des tondeuses et autres accessoires de barbe pendant des heures sans discontinuer.

Pour un vrai pogonophile, la barbe et les soins relatifs deviennent un mode de vie et s’apparentent à la religion. Pour les personnes pogonophiles, il s’agit d’un état d’esprit, pas seulement d’une tendance pour une incroyable quantité de poils, plus ou moins attrayant sur le visage.

De ce fait, ils attribuent des soins spécifiques aux barbes, c’est-à-dire qu’en dehors des soins habituels faits par les personnes normales, ils  ajoutent des détails et des surplus. Pourtant, la pogonophilie va au-delà du simple amour et de l’étude de la barbe.

Devenir pogonopile : phénomène de mode ?

Un mot inhabituel et méconnu par tout le monde, le mot pogonophile n’est pas très utilisé dans le langage courant. Toutefois, actuellement, avec la brusque réapparition et l’augmentation de jeunes barbus urbains et stylés dans les villes, ce mot va rapidement se faire connaître et être maîtrisé. Concernant leur signification, la barbe indique un signe d’appartenance à un club relativement composé d’hommes aux longues barbes et qui s’assument. Pour d’autres, il s’agit donc d’un signe d’appartenance à un groupe. Ce n’est pas seulement assumer sa virilité, c’est avant tout assumer un style qui sort de l’ordinaire.

9 signes qui montrent que vous êtes pogonophile

  • Vous faites attention à ne pas vous retrouver sous la tempête des démangeaisons de la barbe. Vous prenez soin autant de votre peau que de votre barbe.
  • Vous êtes capable de traîner des heures sur Pinterest à faire des collections de photos de visage avec des barbes de toutes les tailles, de tous les styles. Mais également de toutes les couleurs et de toutes les épaisseurs.
  • Vous et vos amis pogonophiles vous reconnaissez lorsque vous vous croisez, et vous faites un signe. C’est un peu comme les conducteurs des mêmes engins qui se croisent en route.
  • Vous passez du temps à observer les barbus que vous croisez dans la rue dans le but d’admirer leurs poils, la coupe et la manière dont la barbe est taillée. Vous examinez aussi si elle est bien entretenue par les produits appropriés.
  • Vous êtes prêts à payer pour les meilleurs produits de barbe.
  • Petit encart pour mesdames : il existe des femmes pogonophile ! Elles ont qui a une préférence pour tout ce qui est relatif aux barbes. En outre, embrasser quelqu’un avec une barbe peut sembler gênant pour un grand nombre mais ce n’est pas votre cas.
  • Vous avez une passion pour les barbes et vous les admirez.
  • Pour vous, ce n’est pas uniquement de l’amour ou de la passion, c’est un état d’esprit .

Soin de barbe : comment s’y prend un pogonophile ?

Les meilleurs barbiers avancent que les barbes nécessitent plus de soins. Il vaut mieux les entretenir et ne pas se contenter de la tailler de temps en temps.

Utiliser le savon et l’eau pour les nettoyer n’est pas aussi suffisant. De leur côté, les pogonophiles affirment qu’il y a une gamme infinie de produits disponibles pour aider leur barbe à atteindre son plein potentiel.

Huiles de barbe, revitalisants, shampooings à barbe, peignes à barbe, tondeuses à barbe, cire de barbe sont des outils et des produits de qualité qui aident à faire pousser la barbe d’un homme.